Le cinéma se vit. Il s’éprouve. On ne fait pas que le regarder…

 

Le groupe d’adolescents et des jeunes adultes suivant les ateliers sont au même titre que moi en « résidence artistique » au sein du Cinéma François Truffaut. Ensemble, nous formons le groupe "Les Déviants".

 

En sociologie cela désigne des comportements non conformes aux normes sociales.

Dans les Comic Books, chez Marvel, une sous-espèce dérivée de l'Humanité se surnommant “le Peuple qui Change”.

Ce sont des personnes qui se définissent par elles-mêmes et non pas dans le regard ni dans les attentes des autres.

Ce sont les gars dans les halls.

C'est aussi ceux qui entrent dans les salles de cinémas en passant par les sorties de secours.

C'est encore les filles dans la cité qui se taisent alors qu'elles ont tant à dire.

 

Les Déviants, c'est eux, un peu de vous, un peu de moi.

 

Ensemble nous allons inventer une boîte à outils pour raconter nos histoires adressées à tous sans dénaturer notre authenticité. Un processus de création souterrain nous permettra d’inventer une « grammaire filmique urbaine » au service du langage cinématographique. Pour cela nous allons emprunter le chemin le moins fréquentée car les plus belles histoires sont faites de détours. Nous allons réaliser des films avec les moyens du sort : c’est faire mieux avec peu c’est-à-dire que nous allons trouver les ressources nécessaires en nous, ou avec le soutien des autres, sans perdre de vue l’exigence d’une certaine qualité artistique.

 

L’écran du cinéma de proximité, sur lequel seront projetés nos travaux audiovisuels à différentes étapes de création, sera comme un miroir de notre vie. Un miroir qui reflètera parfaitement notre vie ou au contraire en déformera certains aspects.

Nous allons faire des films pour regarder la vie autrement, pour nous faire sortir de l’ambiguité dans laquelle on se projette les uns et les autres. Nous allons tenter de rapprocher des points de vue divergents en espérant contribuer à une amélioration du vivre ensemble.

 

Un film est une écriture en images. A la fin de la résidence artistique, à la fin de la saison culturelle, je convierai tous les spectateurs à une « lecture scénographiée » du traitement de mon projet de long-métrage au Cinéma François Truffaut. La scénographie associée aux Déviants, s’articulera avec des moments de jeu sur scène (improvisations ou interprétation devant les spectateurs de séquences dialoguées), ou encore par des vidéo-projections sur le grand écran.

 

Atisso Médessou

 

Atisso Médessou est réalisateur de films documentaires et de fictions depuis 1997.

 

Après un BTS Audiovisuel option Image à Boulogne, il poursuit des études cinématographiques à la faculté de Jussieu, tout en travaillant sur les plateaux de tournages comme assistant caméra ou chef électricien.

 

Pour les maisons de disques, il est cadreur-réalisateur sur des Electronic Press Kit, films promotionnels destinés à la presse et relatant la genèse des albums.

Virgin lui confie un reportage sur la création de la bande originale du film "Taxi 2" pilotée par Akhénaton du groupe IAM.

 

En 2000, il co-réalise pour le rappeur Disiz la Peste, le clip "J’pète les plombs" (Clip des clips sur M6).

 

Entre 2000 et 2004, pour l’émission hebdomadaire "Opération TéléCité", Atisso dirige une équipe professionnelle de France 3 et une équipe de jeunes adultes amateurs qui racontent à leur manière leur rapport à la ville.

 

Depuis 2004, il réalise des documentaires de 26’ pour l’émission "L’Oeil et la Main" (France 5), le seul programme en langue des signes, qui offre un espace de rencontre entre personnes sourdes et entendantes.

Atisso apporte également un regard amusé et décalé sur le Cambodge et le Bénin, à travers la série documentaire "Toutes les télévisions du monde"(Arte) et sa déclinaison "Tous les habits du monde" (Arte) en 2009.

 

Avec un collectif de cinéastes, il réalise des courts-métrages de fiction à Paris avec les habitants du 19ème arrondissement ainsi que dans d’autres villes de la région Ile-de France. Son court-métrage "Le bruit du silence" reçoit, le Prix à la Qualité du CNC 2011 et le Prix du Jury aux festivals Génération Court et Saint-Paul-Trois-Châteaux en 2011.

 

Son dernier film documentaire de 52’ ouvre le débat sur un phénomène de société majeur. "Les bandes, le quartier et moi", produit par Point du Jour Productions et diffusé en prime time sur France 5, s’est vu décerner l’étoile de la SCAM 2012.

 

Atisso Médessou enseigne au Cours Florent et permet aux élèves d’adapter leur jeu d’acteur devant une caméra. Il écrit actuellement son premier long-métrage de fiction.

 

 

 

Les histoires créées par Les Déviants

 

 

Le banc de Kemilia BOUHI

Un banc public raconte sans paroles l’histoire d’un couple : leur rencontre, les disputes, la rupture puis leur réconciliation.

 

 

 

 

                                                     Ghetto Love de Ilham BENCHAIB

                                                     Gaye a 16 ans, Leila en a 15. Ils sortent ensemble loin des regards du quartier. Mais les grands frères de Leila

                                                     l’apprennent et décident de régler ce problème à leur manière...

 

 

 

 

Be air my friend de Killian EDMOND

Brice est un fils unique chéri par ses parents. Un soir avec son

père, ils se font violemment agresser. Le père ne se relèvera

pas de ses blessures. Sur les conseils de sa mère, il décide de

pratiquer un Art Martial.

 

 

 

 

 

                                                                                            Les ruses de la rue

                                                        Dans un quartier comme ailleurs, en être c’est d’abord connaître ses codes.

 

 

 

#1 Ne jamais balancer de Jonathan DABISSO

Un adolescent est poursuivi par deux policiers. Il sait qu’il peut

compter sur le quartier pour s’en sortir.

 

#2 Hustler de Habib SLAMANI

Rester discret, c’est l’un des commandements de la rue pour devenir

quelqu’un en affaires.

 

 

 

 

                                                                                                    Ivory

 

                                                   Des commandements qui troublent l’individu dans la construction de son identité.

 

 

                                                                                                                # Ivory c’est moi de Tony AIRES

                                                                                                                « Mon nom c’est Ivory, c’est mes potes qui me l’ont donné. ça

                                                                                                                 vient d’un personnage de film qui se fait écraser par un bus. »

 

 

                       # c’est moi Ivory de Ludovic PERCHAT

                       « C’est pas parce que je vois pas très bien qu’il faut me mettre

                       des bananes. J’aime pas qu’on me balade comme une valise. »

 

 

 

                                                                                  # Le véritable Ivory ? d'Adrien Marsais

 

 

 

 

 

                                                                                        La grâce de Gabriel AIRES

                                                                        Un voyage vertigineux où les histoires intimes de jeunes

                                                                        personnes se télescopent avec la grande Histoire.