Focus Jacques Audiard

12/01/2015

 

Le Cinéma a consacré un week-end à Jacques Audiard, un des réalisateurs français actuels les plus ambitieux. 4 films ont été projetés après avoir été présentés par Sylvain Durain.

 

Fils du réalisateur et dialoguiste Michel Audiard, Jacques Audiard se destine d’abord au professorat. Mais il finit par se lancer dans le cinéma, en tant que monteur à l'origine. Il signe plusieurs scénarios à succès au début des années 1980. Et en 1994, Regarde les hommes tomber, road-movie dans lequel Mathieu Kassovitz et Jean-Louis Trintignant incarnent un duo de truands insolite, lui vaut le César du Meilleur premier film. C’est le début d’une œuvre ambitieuse, qui touche le public et impressionne la critique. Elle est notamment marquée par le virtuose De battre mon cœur s’est arrêté, qui suit, caméra à l’épaule, un magistral Romain Duris en quête d’identité. Quelques années plus tard, Un prophète révèle Tahar Rahim et remporte le Grand Prix au Festival de Cannes. Son dernier film à date, De rouille et d’os, est à son tour unanimement salué pour la maîtrise et l’émotion qui s’en dégagent.

 

Sylvain Durain est intervenant à l’Institut de Cinéma et d’Audiovisuel (IEACA) de Nancy. Il est également producteur et réalisateur de films documentaires et de fictions. Dans Le Sang du père, un meurtre cinématographique (Editions Cinéquaprod, 2012),  il analyse le thème de la filiation chez Jacques Audiard.