Rencontre avec la réalisatrice Alice Dop

14/03/2015

 

 

 

 

 

 

La Mort de Danton

[Documentaire - France - 2011 - 64 minutes]

 

"Les Déviants bénéficient actuellement des cours de théâtre et des séances d’improvisation hebdomadaires au Cinéma François Truffaut proposés par Anaïs Simon, professeur et directrice pédagogique jeunesse des Cours Florent. Cette intervenante leur fera ainsi découvrir les bases du travail de comédien jusqu'à la fin de la saison culturelle.

 

Pour cette nouvelle carte blanche, je propose un film documentaire sur un jeune homme noir de la ville d’Aulnay qui rêve de « brûler les planches ». Sans le dire à ses amis du quartier, Steve s’autorise à vivre son rêve en suivant une formation d’acteur dans une des écoles les plus prestigieuses de Paris. A mon sens, il emprunte en quelque sorte le chemin le moins fréquenté pour devenir ce qu’il a toujours voulu être : un comédien à part entière. Mais comment réagir quand on caresse une ambition artistique et que malheureusement on a le sentiment d’être mis de côté ?

 

En partageant ce parcours initiatique nous trouverons sans doute des éléments de réponse ou au contraire nous nous poserons de nouvelles questions.

Alice Diop, la réalisatrice de ce film documentaire, est une cinéaste dont j’admire à la fois le travail et la réflexion. Ses films sont intéressants car ils concourent à faire avancer les idées dans notre société."

 

Atisso Médessou

 

 

Alice Diop et Steve Tientcheu, le protagoniste du film, ont tous deux grandi dans la Cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois. Quelques années après avoir déménagé, ils se sont recroisés à un mariage. Quand Steve lui apprend qu’il est élève au cours Simon, elle est éminemment surprise : « Je pensais qu'il était resté conforme à ce que j'imaginais qu'il pouvait devenir en banlieue. Ce fut un choc : je me suis aperçue que je lui appliquais les mêmes préjugés que je condamnais ! ». Elle assiste à une de ses répétitions et est frappée par la manière dont le regard des autres l’enferme. Elle lui propose alors le film. « Le sujet, c'est comment échapper à l'enfermement du regard de l'Autre, comment inventer sa propre vie et devenir la personne de son choix en dépit de ce que les autres nous renvoient, en dépit des places et des rôles. »

 

 

 

L’invitée d’Atisso Médessou : la réalisatrice Alice Diop

 

Alice Diop a grandi à Aulnay-sous-Bois. A la fac, elle connaît son premier grand choc esthétique devant le documentaire Contes et comptes de la cour d’Éliane de Latour (1992), qui dresse le portrait de quatre femmes nigériennes recluses dans un harem. Elle est captivée par cette réunion d’un regard sociologique et d’un traitement cinématographique. Ce croisement guidera son parcours. Elle décide alors de prendre une année sabbatique, et s’imprègne des documentaires de Frédéric Wiseman, Johan Van der Keuken et Chris Marker. Puis elle s’inscrit en DESS Image et société à la faculté d’Evry. Elle travaille ensuite pour l’émission L’œil et la main de France 5. En 2005, elle signe son premier documentaire, La Tour du monde, sur la cité des 3000 à Aulnay. Son second documentaire, Clichy pour l’exemple, engage une réflexion sur le déclenchement et les causes profondes des émeutes de la même année. Après une formation à La Fémis, elle réalise Les sénégalaises et la sénégauloise, où elle se confronte aux femmes de sa famille à Dakar. En 2009, elle est lauréate de la bourse Lagardère « auteur de documentaire » pour son projet de long-métrage La mort de Danton, qui remportera un grand succès dans les festivals. Alice Diop prépare actuellement un moyen-métrage.

Please reload

A la Une

Rencontre avec Émilie Frèche, scénariste

April 27, 2017

1/10
Please reload

Derniers posts